Opération franco-belge pour contrôles routiers: alcool au volant, stups

Pourquoi les forces de police Franco-Belge se sont-elle unies? Quelle opération a été mise en place? Découvre-le avec Mon Amende

Une opération conjointe entre les polices belge et française à Quiévrain

Connue pour sa longue route commerçante, ses boutiques de nuit ainsi que ses enseignes parisiennes, la rue de Valencienne, de Quiévrain, nécessitent une attention particulière auprès de la zone de police des Hauts-Pays. En effet cette frontière franco-belge fait l’objet d’une criminalité grave. Ainsi les polices belges et françaises collaborent fréquemment pour contrôler les allées et retours des conducteurs sur cette route.

Après dix minutes de contrôle, un conducteur a forcé le barrage de police

Frédéric Carton, le chef de corps à la zone des Hauts-Pays explique : « nous montrons que nous sommes là, qu’il n’y a pas de zone de non-droit sur notre territoire. Les citoyens qui n’ont rien à se reprocher n’ont rien à craindre de ce type de contrôles ». Parceque hier encore, en début d’après-midi, un barrage a été placé près de la station-service Shell. Ce barrage ayant pour but d’appliquer une tolérance zéro sur toute la frontière et aussi pour garantir une présence policière importante.

Pourtant en dix minutes seulement, un automobiliste refusait de respecter les ordres des agents qui lui avaient demandé de se stationner sur le côté. Le conducteur a accéléré quand même et n’a pas hésiter à forcer le barrage de la police. Mais ce dernier est parvenu à prendre la fuite malgré le déploiement de la herse par les policiers. Il a tout de même été rattrapé et interpellé un peu plus loin après être chassé par deux équipes.

Le chef de corps a encore souligné qu’Il s’agissait d’une opération coup-de-poing : « nous ne restons pas longtemps mais nous agissons tant sur le volet judiciaire, avec des recherches d’armes prohibées ou de personnes recherchées par exemple, que sur le volet roulage. Nous sommes dans le répressif mais aussi et surtout dans le préventif : nous sommes très visibles, les criminels constatent que le secteur est tenu par la police ».

Le contrôle n’était pas de tout repos pour  la zone de police des Hauts-Pays.  Les forces de l’ordre françaises, installés sur d’autres points de contrôles de la frontière ne se sont pas aussi reposés. Ces policiers ont fait face à certains rebelles.

D’ailleurs un policier a réitéré :“Nous avons sanctionné des infractions au code de la route mais nous avons aussi dû faire face à des outrages, à un refus d’obtempérer et à une personne qui a fait demi-tour pour éviter le barrage”, ajoute le capitaine Laurent Michel. “Dans ce genre de cas, la coopération avec la police belge est primordiale, nous ne pouvons pas travailler chacun de notre côté.”

Dans tous les cas, ce type d’opération donne un bon résultat. Laurent Michel déclare : “Mon intention, c’est d’intensifier ces contrôles. Nous avons 55 kilomètres de frontière à couvrir, sur les quelque 620 que compte la Belgique avec la France. Agir régulièrement, en totale coopération avec nos confrères français, est la meilleure des solutions pour avoir un effet dissuasif.”  Les délinquants sont donc prévenus.

Vous souhaitez calculez votre amende et / ou la déchéance à laquelle vous pouvez vous attendre ? Notre simulateur vous calcule automatiquement les conséquences de votre infraction