Le dicton Belge : un petit dernier pour la route

Le dicton Belge « un petit dernier pour la route » fait honte aux conducteurs Belges...

Un petit dernier pour la route? Ce dicton Belge donne une mauvaise image à la Belgique

En moyenne deux personnes décèdent dans la circulation chaque jour sur les routes de Belgique. Il existe différents facteurs qui influencent la sécurité des conducteurs notamment la conduite en état d’ivresse et le fait de conduire sous l’influence des stupéfiants. Les chiffres clés, correspondants à la sécurité routière Belge, permettent de mieux saisir ces facteurs.


L’alcool altère fortement les capacités de conduite et augmente ainsi le risque d’accident. En Belgique, une personne est considérée comme conduisant sous influence de l’alcool quand la concentration d’alcool dans le sang est supérieure ou égale à 0,5 g/l de sang. En participation avec la police, l’IBSR mesure régulièrement l’évolution des comportements des conducteurs en matière d’alcool au volant.


D’ailleurs, des opérations de sensibilisation dont la plus connue, la campagne BOB est lancée pour cet été. Cette action s'accompagne d'un week-end sans alcool au volant avec des contrôles à l’appui. Toutefois, le chiffre des accidents sur la route demeurent important. Un Belge sur trois avoue ne pas intervenir quand lui-même voit un proche ou un ami reprendre le volant en étant ivre. C’est le chiffre le plus élevé d’Europe et c’est deux fois plus important qu’aux Pays-Bas ou en Allemagne.


Force est de constater que les chiffres ne sont pas en diminution, mais ont même tendance à augmenter. Le nombre de conducteurs sous influence d’alcool est même en légère augmentation ces quelques années. Bien que des campagnes de préventions sont mises en place, un accident sur huit en Belgique est encore lié à l’alcool.

Conduite sous l’emprise d’alcool, un véritable danger sur la route

Même si la plupart des conducteurs savent que provoquer un accident en état d'ébriété peut compromettre de graves conséquences. En cas de blessés ou de morts, ils ne risquent pas seulement une interdiction de conduire, une amende ; mais peuvent être condamnés par la justice pour homicide involontaire. En plus, les dommages occasionnés au véhicule seront également à leur charge, même s’ils disposent d’une assurance. De même, l'assurance, n'interviendra pas si un conducteur est en état d'ébriété.


La campagne a surtout bénéficié d’un résultat positif pendant sa durée de diffusion. Et de ce fait théoriquement, il faudrait maintenir le niveau de contrôle et le niveau de sensibilisation toute l’année. Ce qui n’est pas évident déclare le porte-parole de l’Institut belge pour la sécurité routière.
La tolérance du gouvernement belge vis-à-vis de l’alcool se traduit malheureusement dans les statistiques des accidents de la route. Chaque année, en moyenne, entre 150 et 180 personnes décèdes sur les routes Belges et de nombreuses personnes sont gravement blessés.
Avec l’été qui arrive, les soirées, ou les festivals seront nombreux. Le risque de boire et de prendre la route est donc bien présent. La politique routière vise à dissuader les usagers de la route de ne pas conduire sous l’influence de l’alcool.
Ces dix dernières années, le nombre de contrôles sur les routes a été multiplié par cinq. La campagne de prévention appelée bob se terminera le 4 septembre 2017 et espère pouvoir sensibiliser le maximum de personnes.

Calculez votre amende

Cette semaine 4267 personnes ont déjà eu leur amende ou leur déchéance du droit de conduire calculée par notre algorithme !